Fédération
Gard
Accueil > Actualités > Conseil Général du Gard - Débat d'Orientation Budgétaire :

Actualités


Conseil Général du Gard - Débat d'Orientation Budgétaire :

Conseil Général du Gard - Débat d'Orientation Budgétaire :

Le 20/01/2014

Thierry PROCIDA regrette que le Conseil Général après avoir eu recours à l'emprunt pour combler son budget, ajoute aujourd'hui une forte augmentation des impôts, plutôt que de réduire ses dépenses.

Comme l’année dernière, ce débat d’orientation budgétaire ne ressemble pas à l’exercice de démocratie qu’il devrait être, mais plutôt à un exercice d’équilibriste.

Et ce qui est en équilibre, bien instable il faut le dire, ce sont les finances de notre département. Le report de ce débat illustre bien les difficultés, de plus en plus criantes, que l’exécutif départemental rencontre pour boucler son budget.

Comme nous le regrettions déjà l’an dernier, vous n’avez recours qu’à des expédients pour ne pas présenter un budget en déséquilibre.

L’an dernier, vous vous êtes appuyé sur la dette, pour combler vos lacunes, et nous en payons désormais le prix. 45% d’augmentation en 4 ans. De 182 millions d’€ en 2008, nous avons désormais atteint les 260 millions en 2012. Avec une incidence directe sur nos dépenses de fonctionnement en raison notamment de l’augmentation très conséquentes des frais financiers. C'est-à-dire des intérêts de notre dette.

Alors à cette fuite en avant que constitue le recours à l’emprunt pour financer un budget de fonctionnement que vous ne parvenez pas à maîtriser, vous ajoutez désormais l’impôt.

Avec vous les socialistes, c’est toujours pareil, quand le Président annonce une pause fiscale, le gouvernement crée de nouveaux impôts.

Dans sa conférence de presse, le Président de la République dit qu’il faut libérer l’économie et que cela passe par un allègement des charges, et vous socialistes, la première mise en œuvre de cette orientation, c’est d’augmenter encore et toujours les impôts.

Pour preuve, l’augmentation de 3,8% à 4,5% de la taxe de publicité foncière n’est là encore qu’une rustine sur votre panier percé, mais une rustine qui va coûter cher, non seulement au contribuable, mais à l’ensemble de l’économie gardoise pour laquelle le secteur de l’immobilier est essentiel.

Vous allez y ajouter un nouveau frein, au mépris de ce que désormais, tout le monde a compris, même le chef de l’Etat : c’est qu’il était nécessaire de remettre en route notre économie, en libérant notamment l’énergie des entreprises.

Pourquoi ne pas reconnaître, comme le Président de la République l’a fait la semaine dernière, que vous aviez sous estimé la crise ?

Pourquoi ne pas vous mettre enfin à réformer véritablement la gestion du département du Gard ?

Pourquoi, enfin, ne pas accepter de mettre un terme à cette compétence générale qui vous fait subventionner des secteurs d’activité qui normalement devrait l’être par vos amis du Conseil Régional.

Alors, Monsieur le Président, je vous le dis, j’ai de la sympathie pour vous, et au-delà de la tristesse que m’inspire l’état des finances de notre département, vous voir ainsi lors de votre conférence de presse, m’a fait de la peine.

En effet, à voir votre inquiétude, vous sembliez désemparé. Nous craignons donc un budget qui ne sera pas tout ROSE, un comble pour un socialiste, car l’ensemble de vos indicateurs  sont dans le ROUGE, n’est ce pas messieurs les communistes. Et il ne faudrait pas que les gardoises et les gardois à cause de vous broient du NOIR.

Nous espérons donc que lors des futures échéances, l’horizon sera bleu.

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact